Parc Naturel Régional de l'Aubrac

L'Aubrac, terre de basalte, immense plateau d'altitude, se nourrit de rivières et de lacs. Le Gévaudan est la porte d'entrée de l'Aubrac par l'Est.

Région rurale de moyenne montagne, l’Aubrac possède un patrimoine encore bien préservé. Ses paysages, son histoire, sa culture, ses savoir-faire reconnus et son environnement, n’en demeurent pas moins vulnérables et menacés.

Pour préserver et valoriser les richesses de ce territoire d’exception, les collectivités, l’Etat et les socio-professionnels ont créé un Parc naturel régional. Situé au sud du Massif central, le PNR de l’Aubrac rassemble 64 communes, 14 communes partenaires et 6 Communautés de communes à cheval sur 2 Régions (Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Auvergne – Rhône-Alpes) et 3 départements (Aveyron, Cantal et Lozère).

Un patrimoine architectural et culturel riche et diversifié

L’Aubrac possède un patrimoine architectural remarquable, vernaculaire (buron, drailles…) comme religieux (églises, monastères, croix), qui se caractérise par son intégration dans le paysage avec des murs de lave ou en granit et des toitures en lauzes. De nombreux sites ou monuments sont inscrits ou classés aux Monuments historiques.

Au sein du territoire, deux tronçons de la Via Podiensis (chemin de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle) sont inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO pour leur cadre naturel authentique.

Patrimoine agro-pastoral

Les montagnes d’estive et la vache Aubrac, véritable icône du territoire, témoignent du lien intime entre espaces naturels et activités humaines.

L’Aubrac se caractérise par la richesse de son patrimoine agropastoral, avec des vestiges archéologiques ruraux médiévaux très rares en Europe (les traces de la Dômerie d’Aubrac et les granges monastiques), des burons qui sont construits dès le 18ème siècle sur chaque « montagne de traite » pour le logement des gardiens des troupeaux et la fabrication du fromage, des granges étables et des « drailles » qui désignent les chemins de transhumance.

Patrimoine immatériel et gastronomique

La transhumance, tradition encore vivante, persiste dans les pratiques agricoles ; les fêtes autour de cet évènement, de renommée nationale, accueillent plusieurs milliers de visiteurs chaque année au mois de mai.

La gastronomie de l’Aubrac (aligot, chou farci, fouace…) et les produits du terroir (fromage et couteau de Laguiole, viandes bovines issues de la race Aubrac…) témoignent des activités traditionnelles au même titre que le travail de la pierre et du bois.

Enfin, le patrimoine culinaire est particulièrement mis en valeur aujourd’hui par de grands noms de la gastronomie.

Des paysages variés et emblématiques

La conjugaison des caractéristiques géographiques, géologiques, climatologiques et humaines a favorisé une grande diversité paysagère et de milieux naturels.

5 entités paysagères composent les différents visages de l’Aubrac

  • Le haut plateau ouvert, au cœur de l’Aubrac, caractérisé par des paysages ronds et souples à perte de vue,
  • Le haut plateau boisé à l’est qui fait la transition avec la Margeride,
  • Les vallées du Lot et de de la Truyère qui ceinturent le massif avec leurs gorges abruptes et leurs lacs de barrage,
  • Le Carladez et la Viadène aux paysages bocagers et aux plateaux surplombant la Truyère,
  • Les Boraldes, au sud, encaissées et sauvages, dévalant vers la vallée du Lot.

Une biodiversité exceptionnelle

Plus de 1000 espèces végétales ont été inventoriées sur l’Aubrac. Sur les estives, le pâturage extensif maintien l’espace ouvert et favorise cette diversité floristique.
Au niveau faunistique, l’Aubrac présente des sites migratoires importants pour plusieurs espèces d’oiseaux (Milan Royal notamment) et également des sites de nidification remarquables. La forêt, qui occupe 30 % des surfaces de l’Aubrac, abrite quant à elle de grands mammifères comme le Cerf élaphe, mais aussi d’autres mammifères protégés.
Les milieux aquatiques et les zones humides nombreuses en Aubrac, présentent un intérêt écologique et patrimonial majeur. On y recense des espèces végétales rares ou en limite d’aire de répartition ainsi que de nombreux insectes protégés, batraciens, tritons, reptiles et oiseaux emblématiques. Truites, écrevisses, loutres et moules perlières fréquentent également les ruisseaux et rivières aux eaux froides et oxygénées.

Des activités de pleine nature très diversifiées, supports de découverte du territoire

S’appuyant sur ces richesses et en tant que Pôle de pleine nature reconnu par le Massif central, le Parc naturel régional de l’Aubrac, à travers les nombreuses activités de pleine nature, propose une offre riche et diversifiée sur l’Aubrac. Le Parc porte le projet « Espace Aubrac », un dispositif qui vise à structurer l’offre de pleine nature (ski, VTT, randonnée pédestre, équestre, …) présente sur le haut plateau, en particulier sur les 5 stations de ski : Bonnecombe, Brameloup, Laguiole, Nasbinals et St-Urcize. En complément de ce dispositif, le Parc valorise également les activités de pleine nature en lien avec l’eau et la verticalité (escalade, acnyoning, via ferrata, canoë, …) proposées dans les vallées du Lot et de la Truyère.

Pour plus d’informations

05.65.48.19.11 / m.gras@projet-pnr-aubrac.fr / www.projet-pnr-aubrac.fr